Biographie

Marina Profumo est née en 1960 à Ceranesi (Gênes) où elle réside toujours.

Malgré son aptitude naturelle pour les arts, ses études, et son travail ensuite, l’empêchent de s’y consacrer. Mais ses dispositions et le désir de s’exprimer, de montrer ses sentiments, de représenter ses inquiétudes, de matérialiser les thèmes qui concernent l’âme, la portent instinctivement vers la peinture.

Ses premières peintures à l’huile datent de1978. Ce sont des œuvres très introspectives et intenses. à cette période remontent, par exemple, "Vers l’Avenir" et "Tempête". Elle continue à peindre sans interruption, infatigablement mais en solitude; la preuve en est que seulement vers 1998 elle décide de préparer ses premières expositions: un public plus vaste peut enfin admirer ses tableaux, dont, par exemple "La Voie" ou "Résister", qui laissent affleurer l’aspect dur et difficile de la vie; "Dualité", avec l’attraction/répulsion et la coexistence/séparation éternelles entre le bien et le mal ; "Supplication Stérile", une prière des faibles adressée aux puissants pour qu’il fassent cesser les injustices, et encore, "Le Cadeau" ou "Les Amoureux" où étonnement et douceur enveloppent tendrement l’observateur.

Ce sont des images d’impact surréel, mais, en réalité, elles n’appartiennent à aucun courant car cette peinture, née dans un isolement total, n’est que le fruit de l’inspiration de Marina.

Ce sont des tableaux, comme elle aime le dire, à lire, à lire lentement.

L’amour pour les couleurs, pour les suggestions et l’envie d’expérimenter des modalités nouvelles, différentes, moins explicites, ont dernièrement conduit Marina dans un domaine plus essentialiste.

Vers 2003 naissent de nouvelles œuvres. La complexité des sujets est rénovée, les images se simplifient, se réduisent au minimum, à l’essentiel: à la couleur, au mouvement, à la profondeur, et, surtout, à la lumière. La lumière, non seulement comme jeu optique, mais comme illumination de l’esprit, chaleur du cœur, mirage de plénitude et de bonheur. Face à ces toiles, le regard et l’âme ont plus d’espace, plus de liberté: ils flottent dans une attraction presque hypnotique. L’esprit reste impliqué dans les peintures où il trouve des occasions pour sa méditation.

De l'introspection, à la méditation puis à l'analyse du monde qui l'entoure: l'artiste change lentement de perspective en focalisant son intérêt sur le comportement de l'homme moderne et ses effets.

Depuis 2006, les sujets d'actualité deviennent une constante: des travaux sur la politique mondiale voient le jour comme «Interférence politique» et «Arrogance blanche» et sur les femmes, comme: «Libre» et «Planant». Le matériau sur les peintures devient plus épais. La toile est préparée, avant de travailler à l'huile, avec des pâtes acryliques de plus en plus denses jusqu'au sable. À un certain moment, cependant, dans l'esprit de l'artiste, les sujets semblent trop réalistes pour être peints, des sujets qui ont besoin de leur propre corps, de leur propre forme réelle.

Ainsi, en 2007, la phase sculpturale commence. Marina assemble le béton, les cordes, le papier, le treillis métallique, les feuilles de plastique imprimées et la peinture. Les sculptures anthropomorphes soulignent, en leur absence d'identité, l'incapacité de l'homme à avoir un comportement sensible et conscient. À l'intérieur, présenté avec des artefacts en papier imprimé, grille, corde, histoires de folie humaine quotidienne: comme la pollution, les religions, l'obsession de l'esthétique, la haine. Même dans les sculptures où la "tête de grille" n'est pas présente, comme "Tzunami Brain" ("onde anormale"), "Emprisoned Brain" (Cerveau emprisonné), ou "Out of Place"(Pas à sa place) le protagoniste reste l'homme, avec son être insensé et prisonnier de lui-même, avec sa charge de mauvais comportements, qui court vers l'autodestruction.

Les œuvres sont extrêmement originales et particulières. Malgré le sérieux des sujets abordés, l'ironie, parfois même très piquante, les rend curieux et amusants. Par exemple: "Waaaaait pour moi !!" (Attendez-moi!), Concernant les rythmes inhumains que nous nous imposons, et «Lethal Parasites» (Parasites mortels), qui représente l’Italie détruit par une mauvaise politique, sont constitués de chaussures insolites contenant un cerveau tout aussi insolite. Ou "Finance Prison", c'est-à-dire la prison de l'argent, qui fait partie de la série "Prison Brain" (Cerveau emprisonné), dans laquelle notre méchanceté est présentée mais mise en lumière grâce à une structure agréablement chromatique et ordonnée.

En 2012, une étude approfondie sur le crime écologique que l'homme commet contre la planète commence, avec la naissance de nouvelles sculptures entièrement en béton et fer appartenant à la série: " Can Man Take the Place of Nature?" (L'homme peut-il remplacer la nature?) et « Human Nonsense" (Le non-sens humain). Ce sont des arbres absurdes, des ruines avec lesquelles l'artiste nous projette déjà dans le futur quand quelqu'un trouve ces trouvailles, preuve d'une époque où l'homme voulait remplacer la nature en créant des absurdités insoutenables.

Depuis 2014, les photographies d'arbres en béton sont devenues la base de nouvelles œuvres d'art numérique faisant partie de la série «Prison Brain».

De photographies de feuilles et de plantes naissent les œuvres de «Nature Prison», là où la nature est emprisonnée. Dans d'autres œuvres, cependant, c'est l'espace manquant qui crée l'idée d'emprisonnement, comme cela se produit dans "Gramsci Street" (Via Gramsci, à Gênes ), où une masse de mouvement devient un véritable vortex qui attire le spectateur dans un labyrinthe sans issue. Toujours à la recherche d'espace dans "Between Sea and Sky " (Entre Mer et Ciel) maisons aux couleurs liguriennes, entre aperçus du ciel et de la mer, cette fois la compression a quelque chose de poétique. C'est avec "Last Breath" (Dernier souffle), avec le dernier souffle d'une masse de nez, qu'émerge le besoin de survie de l'homme piégé par son propre progrès, une guerre perdue. L'enquête de Marina se poursuit constamment, photographiant, décomposant et recomposant des images, créant de nouvelles visions et points de vue pour toujours donner de nouvelles pistes de réflexion.

En 2017, la série «Free» (Libre) est née, un regard optimiste sur les endroits où nous vivons. Le réseau emprisonnant disparaît et des vues fascinantes et uniques sur les villes subsistent, comme «Milan Free» ou «San Lorenzo».

En 2019, l'artiste souhaite lancer des messages sous une autre forme et crée son propre alphabet personnalisé, chaque lettre est insérée dans un cercle et colorée créant un effet chromatique particulier. Ces petites sphères sont ses "Pois parlants". Les pois sont utilisés pour écrire des phrases très courtes. Une version implique une véritable chasse au trésor car la phrase est au centre de l'œuvre, la première ligne se lit de gauche à droite et la suivante de droite à gauche. Au-dessus et en dessous se trouvent les lettres qui composent la phrase, insérées dans un ordre aléatoire créant de la confusion. Une autre version prévoit à la place que la phrase soit écrite de manière ordonnée, en commençant par la première ligne en haut, en lisant de gauche à droite et la suivante de droite à gauche et ainsi de suite. Ainsi sont nées les œuvres "Freedom Always",(Liberté toujours) "Where are we going ?(Où allons-nous?) (anciennement le titre des sculptures précédentes), "Take care"(Prends soin de toi).

Le mélange de couleurs et de formes attire le regard et la curiosité prend immédiatement le dessus pour tenter de lire la courte phrase. Quelques mots pour commencer des réflexions plus profondes.