Biographie

Marina Profumo est née en 1960 à Ceranesi (Gênes) où  elle réside toujours.

Malgré son aptitude naturelle  pour les arts,  ses études,  et son  travail ensuite, l’empêchent de s’y consacrer. Mais ses  dispositions et le désir de s’exprimer, de  montrer ses sentiments, de représenter ses inquiétudes, de matérialiser les thèmes qui concernent l’âme,  la portent instinctivement vers la peinture.

Ses premières peintures à l’huile datent de1978. Ce sont des œuvres  très introspectives et intenses. à cette période remontent, par exemple,  "Vers l’Avenir" et "Tempête". Elle continue à peindre sans interruption, infatigablement  mais en solitude;  la preuve en est que seulement vers 1998 elle décide de préparer ses premières expositions: un public plus vaste  peut  enfin admirer ses tableaux, dont, par exemple "La Voie" ou "Résister", qui laissent affleurer  l’aspect dur et difficile de la vie; "Dualité", avec l’attraction/répulsion et la  coexistence/séparation éternelles entre le bien et le mal ; "Supplication Stérile", une prière des  faibles adressée aux puissants pour  qu’il fassent  cesser les injustices, et encore, "Le Cadeau" ou "Les Amoureux" où étonnement et douceur enveloppent tendrement l’observateur.

Ce sont des images d’impact surréel, mais, en réalité, elles n’appartiennent  à aucun courant car cette peinture, née dans un isolement total, n’est que le fruit de l’inspiration de Marina.

Ce sont des tableaux, comme elle aime le dire, à lire, à lire lentement.

L’amour pour les couleurs, pour les suggestions et l’envie d’expérimenter des modalités nouvelles, différentes, moins explicites, ont dernièrement conduit Marina dans un domaine plus essentialiste.

Vers 2003 naissent de nouvelles œuvres. La complexité des sujets est rénovée, les images se simplifient, se réduisent au minimum, à l’essentiel: à la couleur, au mouvement, à la profondeur, et, surtout, à la lumière. La lumière, non seulement comme jeu optique, mais comme illumination de l’esprit, chaleur du cœur, mirage de plénitude et de bonheur. Face à ces toiles, le regard et l’âme ont plus d’espace, plus de liberté: ils flottent dans une attraction presque hypnotique. L’esprit reste impliqué dans les peintures où il trouve des occasions pour sa méditation.